Comment faire taire son mental?

BY IN Gestion des émotions NO COMMENTS YET

mentalVous connaissez cette petite voix qui vous dit que vous n’allez pas y arriver, que vous êtes trop ceci ou pas assez cela, que vous pourriez faire mieux, que vous n’êtes pas à la hauteur, que les autres sont mieux que vous ou doivent penser des choses sur vous ? Cette petite voix qui vous dit qu’il va y avoir une catastrophe ? Que le bonheur ne peut pas durer, que c’est trop beau pour être vrai ?

A l’époque où j’étais boulimique et obèse, toujours extrêmement anxieuse, cette petite voix ne s’arrêtait jamais. Je ruminais mes peurs pour moi, pour les autres. Le film que je me faisais était très négatif en général. Tapie dans l’ombre et cette petite voix attendait  le moment où j’allais passer à l’action pour me faire, au mieux douter, voire trébucher ou au pire, carrément me paralyser.

A cause de cette petite voix, fruit de votre éducation, de votre conditionnement et de votre vision du monde, vous êtes à minima en sous régime par rapport à votre potentiel, au pire, complètement à côté de votre vie.

mentalL’idée de tuer cette petite voix, ce qu’on appelle dans ce cas le mental, est donc tentante. On l’assomme à coup de somnifères ou d’antidépresseurs. On tente de l’étourdir avec des sensations fortes ou de l’alcool, de la nourriture… Rien n’y fait. Le mental résiste. Il est bien entraîné. Conditionné depuis l’enfance il est prêt pour le combat.  Attention! Vous allez vous faire mal. Vous avez affaire à un soldat d’élite.

Si vous l’apprivoisiez au lieu de vouloir le faire taire?

Votre mental pourrait bien être un outil formidable ?  (Il l’est bien pour d’autres, pourquoi pas pour vous). Et au lieu de le bâillonner ou de l’assassiner, que diriez-vous plutôt de l’apprivoiser, afin qu’il devienne votre fidèle allié.

En l’apprivoisant plutôt qu’en le tuant, vous serez déjà plus réaliste : il est impossible de ne plus se servir de son mental en réalité, et puis… qui a envie de devenir un être décérébré ?

mental

Oublions donc de tuer notre mental et trouvons une solution alternative, réalisable et utile surtout. Bien sûr, et je vous le conseille, on peut commencer par calmer le mental par des méthodes corporelles classiques: massage, respiration, sport, yoga, danse, etc…. C’est bien, c’est utile et pratique. C’est intéressant. Ça vous aidera à prendre du recul, parfois beaucoup. Mais ça ne ça ne changera pas votre comportement en profondeur. Pour réussir sur le long terme, vous pouvez aller plus loin:

  • Pour cela, je vous propose d’être vigilant au contenu de vos pensées. Bien sûr, il ne s’agit pas de surveiller chacune de vos pensées, vous en faites défiler des milliers et des milliers. Arrêtez-vous juste celle qui vous font mal ou vous freinent.
  • Utilisez les bons mots pour dire les bonnes choses. Par exemple dire « je me sens nulle » à la place de « je suis nulle », vous condamne beaucoup moins. Être nulle c’est embêtant, très invalidant est juste impossible. Comme me l’a dit un jour une enfant de 9 ans : « Personne ne sait tout mais tout le monde sait quelque chose ». Verbaliser « Je me sens nulle » au lieu de vous condamner à l’être, vous permettra d’explorer cette sensation, et de la faire évoluer.
  • Ne mettez pas d’amplificateur sur vos difficultés : dès que vous racontez ou que vous vous racontez que « C’est affreux, épouvantable, horrible, terrible, dingue !!!!! » , vous vous plombez littéralement. Vous forcez la négativité de votre pensée et augmentez en même temps le volume de vos émotions qui elles, activent des comportements automatiques (compulsion, blocage, fermeture…) qui vous nuisent. Une chose peut être triste, ennuyeuse, ou gênante sans être catastrophique. Quand vous évoquez quelque chose qui vous perturbe, vous avez toujours intérêt à le verbaliser de manière assez neutre. Pour garder la tête la plus froide possible et ne pas vous laisser emporter par la vague.
  • Arrêtez le cinéma : quand on se fait des films (ça va mal se passer, c’est sûr, il va y avoir une catastrophe, cette collègue ne me sourit jamais, c’est sûr elle me déteste…) ce sont rarement des films où nous avons le beau rôle. Ce sont rarement des films positifs. Or, à moins que vous ne soyez Madame Irma, vous ne pouvez jamais prédire comment les choses vont se passer. Vous perdez donc beaucoup d’énergie à vous dire que « c’est sûr, votre patron va vous virer parce qu’il vous convoque» (en fait il veut peut être vous confier une mission, vous poser une question, qui sait ? Vous augmenter ?), « c’est sûr votre fils va rater son bac parce qu’il ne bosse pas assez» (il ne travaille pas comme vous aimeriez mais qui sait, il a peut être des ressources et une super mémoire), « c’est sur vous n’y arriverez jamais » (c’est pas parce que vous n’y arrivez pas encore que vous n’y arriverez jamais). Quand à faire des films sur le passé : « si j’avais passé tel diplôme, si je n’avais pas plaqué mon petit ami de l’époque, si ma mère avait été différente… », là aussi vous l’aurez compris, c’est très consommateur d’énergie et ne vous sert à rien.
  • Apprivoisez votre tension : L’outil que je vais vous proposer ici ne date pas d’hier : c’est la magnifique prière de Marc-Aurèle, empereur romain et philosophe stoïcien: la prière de la sérénité. Elle est utilisée aujourd’hui partout à travers le monde par les groupes d’anonymes qui luttent contre leur dépendance et elle les aide à mieux gérer leur anxiété et donc à mieux diriger leur mental. En voici un extrait :

Mon Dieu donne-moi la sérénité,
d’accepter toutes les choses que je ne peux changer.
Donne-moi le courage de changer les choses que je peux,
Et la sagesse d’en connaître la différence.

Le texte complet et magnifique, et bien sûr, il ne s’agit pas de prier le Dieu d’une religion en particulier si cela ne vous inspire pas, mais bien de contacter la partie de vous qui sait: votre sagesse intérieure.

S’appliquer à soi-même cette demande permet déjà de prendre la distance avec de nombreuses situations. Permet surtout de remplacer un disque rayé négatif par ce disque rayé là, qui lui, vous apportera beaucoup de justesse. (Vous pouvez vous répéter ces phrases en boucle pour occuper votre mental le temps de prendre du recul)

Cette demande vous permettre aussi d’abaisser votre seuil d’exigence avec vous-même qui bien souvent est extrêmement élevé. La règle de vient alors simple :

  • Vous ne pouvez pas changer une situation ? Acceptez là ou confiez là à d’autres.
  • Vous avez le pouvoir de faire changer une situation ? Allez-y, un pas après l’autre, un jour après l’autre, même en tremblant.

Petit à petit vous arrêterez de vous battre contre les moulins à vent et votre mental s’apaisera.

Au début cela vous demandera de l’attention (donc un peu d’énergie), mais avec de l’entraînement et la force de l’habitude vous y parviendrez. Je ne dis pas que c’est facile, mais c’est un cercle vertueux. Si vous ne savez pas par où commencer ni comment vous y prendre, faites-vous aider. D’autres ont réussi ce que vous voulez réussir : observez les, apprenez d’eux, demandez-leur de vous enseigner, inspirez-vous et petit à petit, vous trouverez votre propre style.

mental

 

Votre mental est fait pour vous aider à élaborer les projets que lui dicte votre cœur (ceux qui vous nourrissent et vous animent). Ce n’est pas parce que vous ne savez pas encore l’utiliser correctement que ce n’est pas faisable.

So, what do you think ?